Dernières nouvelles du Mali

Dernières nouvelles du Mali:

Ibrahim Miharata, le correspondant de notre association « Des jardins Au Sahara » fait les aller-retours entre le jardin de Fya-Téméra et celui de Gao.  Il vient d’envoyer des photos de celui de Gao prises avec un téléphone portable.
On peut voir que la bonne humeur et les bonnes récoltes vont de paire. Une vingtaine de personnes (enfants compris) profitent de ce potager sur la route de Bourem. Les courges ont déjà été cueillies et dégustées, on attend maintenant le maïs.

Du fait de l’occupation du Nord Mali par les islamistes du Mujao, les transports sont devenus difficiles et le prix des céréales a beaucoup augmenté. L’application de la loi islamique ressentie comme une terrible contrainte par l’ensemble des musulmans tolérants du Nord-Mali incite la population a fuir les villes où les intégristes font régner la terreur. L’association a doublé ses envoies trimestrielles pour acheter du mil aux enfants des familles qui collaborent aux jardins.

maïs au jardin associatif « DJAS » de Gao

C’est pourquoi le maraîchage dans les villages revêt plus que jamais une importance vitale. Par contre, les partisans de Ben Laden qui contrôlent les villes du Nord ( Gao, Tombouctou, Hombori, Douentza)  s’aventurent chaque jour davantage en brousse.  La situation est très inquiétante; on peut aider les amis Maliens par l’achat du livre « Des Jardins au Sahara » dont le produit est intégralement reversé au Mali et Niger.

Pour commander, envoyer un chèque de 24€, vous recevrez par retour le livre qui relate la mise en place de ces jardins: Michel Damblant, asso « DJAS » Bordery, 5360 Sauzon (jardinsahara@yahoo.fr)

Un récit pour comprendre la situation au Mali

Des nouvelles du Niger

Bonjour.

Je pense que vous allez bien.Nous avons pu acquerir une motopompe d’occasion. Les jardiniers des Bagzanes  ont trouvé une façon de mettre en serie deux motopompes pour que celle du bas ne souffre pas trop; curieusement les deux consomment légerement plus qu »une au lieu du double.Nos sémis en oignons sont bons.Les criquets ne sont pas venus nous déranger.ils sont dans la zone de Tabelot.
Je plains mes frères Maliens.

Un enseignant qui contemple son jardin !

Le puits du jardin de l’école des Bagzanes

Hamoudou Facatt

Voici le dernier mail dAhmoudou Facatt, le directeur de l’école des Bagzanes. les Touaregs du Niger souhaitent rester à l’écart du conflit. Ils savent que « la paix n’a pas de prix ». Pour le moment les agitateurs politiques ou idéologiques ne sont pas parvenus à les déstabiliser comme au Mali.

Ces quelques images de jardins et d’enfants scolarisés valent tous les discours. Les enfants seront en vacances dans quelques jours mais les enseignants et les parents d’élèves continuent le jardin, une source de nourriture à ne pas laisser tarir.

Un jardin scolaire pour étudier avec le ventre plein

Bravo métayer et élèves

Quelques scènes de la vie quotidienne au Nord d’Agadez

… lesTarguia connaissent très bien !

La gestion raisonnèe de l’eau

« Des jardins au Sahara » à St Malo.

Boubakar, Michel et Hamadi.

Invité au festival Étonnants voyageurs, j’ai passé le week-end de la Pentecôte sur le stand des éditions Géorama. Mes amis Maliens Boubakar Maiga et Hamadi Sangaré sont venus confirmer les résultats positifs des actions menées avec l’ONG AGIRabcd56, les jardins scolaires et les retenues d’eau. Nous avons donné tous les détails de programmes aux nombreux visiteurs du stand. Les amis maliens ont également tenté d’expliquer l’imbroglio de la situation politique du Mali.

Arhali Tchanka, un Touareg très pacifique.

Un ami bijoutier d’Iférouane au Niger, Arhali Tchanka, de passage en France a pu lui aussi parler de l’inutilité des luttes intestines qui délabrent le tissu social africain.

 Du fait de l’instabilité politique du Mali et des l’insécurité au Nord Niger, les missions sur le terrain sont provisoirement suspendues. Cependant les jardins scolaires des Bagzanes et de Téméra reçoivent 400 euros par trimestre  pour payer les métayers et les frais divers. Les ventes des livres contribuent à ce financement. Merci à tous ceux qui nous soutiennent.

Pour tous renseignements: michel.damblant@neuf.fr

  Les dernières nouvelles du Jardin du Voyageur en cliquant sur ce lien:

                     www.jardinduvoyageur.sitew.com

Mai au jardin du voyageur (1)

Bienvenu au Jardin du Voyageur. La première visite guidée a eu lieu samedi dernier avec onze personnes. Nous avons passé un très bon moment de partage parmi les plantes. Un message mensuel fera découvrir les plantes fleuries du moment et permettra de garder le contact.

Les cistes derrière le bassin.

Visites guidées chaque samedi à 14h30 (sauf le 26 mai car je suis invité au festival Étonnants Voyageurs de St Malo, la visite aura lieu le mercredi 30). Le prix est de 7€ qui vont aux jardins pédagogiques de l’association « Des Jardins au Sahara ». Une cabane de jardin abrite une mini expo peintures et photos sur le Niger et le Mali.

Sélection de plantes fleuries en Mai:

–          Les cistes, cistacée, du grec « kistos » nom de cette plante indigène des bords de la Méditerrané, nommé aussi « fleur d’un jour » ; les pétales chiffonnés ne durent en effet qu’une journée mais les milliers de boutons assurent une floraison d’un mois, ou « rose du soleil »; les auteurs anciens l’ont souvent prise pour une rose. La gomme à l’odeur musquée qui embaume le jardin a des vertus médicinales. Le jardin présente le nouveau ciste anglais « wood cream »,  un grand cistus purpureus âgé d’une vingtaine d’années (une taille régulière et une exposition plein soleil assurent sa longévité en terres bretonnes) ; un plus jeune cistus purpureus alba, un large cistus montpellierensis ainsi qu’un vénérable cistus pulverulentus qui occupe 10m² et aussi le cistus hirsutus psilocepalus, également nommé ciste de Landerneau où il a été trouvé au 18èmesiècle sans que l’on parvienne à savoir comment il était arrivé là. Ces deux derniers cistes fleurissent plus tardivement mais beaucoup plus durablement.

Les géranium de Madère, aiment ombre et soleil

–          Le géranium de Madère, géraniacées, du grec geranos, la grue ; « bec de grue » étant le nom familier de ces plantes du fait de leurs graines logées au bout d’un stylet. Le géranium de Madère est donc une plante endémique (indigène d’une zone restreinte) de l’Île de Madère. Cette bisannuelle, gélive à partir de – 6 présente toute l’année de belles feuilles découpées d’où émerge en mai une boule de fleurs violettes qui peut dépasser un mètre. Les tiges et feuilles de la base s’écartent à la floraison pour servir de trépied à la hampe florale.

Pavots de Californie

–          Les pavots de Californie, papavéracées, se ressèment d’une année sur l’autre, nommés Escholtzia en hommage au naturaliste Estonien du 18èmeGustav von Escholtz. Endémique du « Marin County » la région de San Francisco, elle inspiré cette phrase à Steinbeck : « Si l’or en fondant dégageait une vapeur et si cette vapeur avait une couleur ; ce serait celle des pavots de ma Californie natale. »

La giroflée arbustive; une plante indispensable!

–          La giroflée arbustive (cheirenthus Bowles purple), brassicassée, crucifère comme le chou, parente de la giroflée violette des sables courante à Belle île. Originaire de l’Est du bassin méditerranéen, venu avec la conquête islamique d’où vient son nom  kheri  (giroflée en arabe) devenu cherii en latin. Craint les fortes gelées mais fleurit 11 mois sur 12 ; à rabattre en fin d’hiver.

–          La lavande élégante dite des Canaries. Labiée, bassin méditerranéen et Afrique, jusque sur les sommets de l’Aïr au Niger. Cette variété gélive à partir de -6 fleurit elle aussi 11 mois sur 12 ; à rabattre en fin d’hiver, c’est une plante suffrutescente, c’est-à-dire mi ligneuse ni herbacée qui demande des tailles régulières et légères pour bien vieillir. Quelques fleurs cuites avec des abricots donnent une confiture délicieuse et originale.

Lavande élégante et lavande papillon .

–          Potager : les radis et les salades semés en avril se dégustent maintenant ; les fèves semées au 11 Novembre sont presque mures. A partir du 15 mai, on peut planter les légumes plus fragiles qui attendent dans la serre ou derrière une fenêtre (tomates, courges, aubergines etc…) Ne pas oublier de compléter le massif d’aromatiques et de remettre du basilic.

–          Le plus important reste cependant de prendre le temps de s’assoir dans un coin abrité et de laisser son esprit se délasser (méditer, prier) dans la contemplation des plantes.

–           Le premier qui répondra à cette question gagnera une gouache originale illustrant le livre « Mystères Songhoy »: pour abriter quels agrumes, Louis XIV demanda-t-il à Mansart de construire l’Orangerie de Versailles?

Des jardins au Sahara mais aussi un jardin à Belle-Île.

                            Des jardins au Sahara mais aussi un jardin à Belle-Île.

Le côté nord et les digitales en juin.

Depuis 1999, je passe une partie de l’année au Niger et au Mali, pour l’implantation de potagers dans des écoles du Sud-Sahara, comme indiqué dans mon nouveau livre « Des jardins au Sahara ». Paysagiste pendant douze ans à Belle-Île, puis retraité depuis 2002, j’ai eu le temps de me consacrer à mon jardin de Bordery à Sauzon.

Cinq ans auront été nécessaires pour remplacer progressivement une haie de pins et cupressus par des arbustes variés qui protègent du vent. Les espaces libérés ont permis de créer un long parterre de plantes de climat doux (sauges, penstémons, véroniques) et un potager dans des massifs surélevés.

Vue du côté nord, rhodo pontique derrière les ficoïdes de la terrasse.

Je termine maintenant l’accès visiteurs et refait un plus grand bac à compost. Une des caractéristiques de plantation consiste à couvrir le sol systématiquement d’un épais paillis, renforcé si possible par des cartons, des journaux ou des feutres pour éviter les adventices et garder l’humidité. D’autre part j’ajoute du « grain d’eau » pour favoriser la reprise des plantes.

Tous les plants des nouveaux parterres sont issus de boutures ou semis de mon jardins (ou de jardins d’amis). J’achète peu de plantes et en tout cas des jeunes plants.

Cette année, les visiteurs pourront découvrir « Le jardin du Voyageur » ; commencé il y a 30 ans , les 3000 m²  présentent un mélange de plantes aromatiques et officinales ainsi que des légumes et fleurs du monde entier.

Visite guidée sur le thème : Des plantes de bord de mer et leur histoire. Tous les samedis à 14h30 du5mai au 28 juillet.

Bordure de plantes de climat doux et allée en rondin.

Durée : 1h30 ; prix : 7 €, (gratuit pour les enfants) au profit des jardins pédagogiques du Niger et Mali.

Mini expo photo : Des Jardins Au Sahara sur les jardins scolaires du Niger et Mali.

À la sortie du village de Bordery, sur le chemin de Deuborh, juste avant la descente vers la plage.

02 97 31 63 37 /  micheldamblant@gmail.com / desjardinsausahara.wordpress.com

Les géraniums de Madère, le régal des yeux en mai.

Mission Yougodogourou 2012

J’étais au Mali entre la mi-février et début mars où j’ai pu effectuer l’agrandissement d’un petit barrage à Yougodogourou et la réception de travaux d’une  salle de classe à Damasongo, 2 villages du Pays dogon pour l’ONG AGIRabcd du Morbihan. De plus dans le cadre l’association ADDES, j’ai apporté des fonds pour les frais d’entretien d’un potager coopératif à Idjélina, autre village du Pays dogon.

L'élargissement de la base du barrage

Venu par le Burkina, j’ai ainsi évité les villes maliennes où la sécurité n’est pas toujours garantie. En effet, depuis la prise d’otages de 2 Français à Hombori puis de 3 Anglais et l’assassinat d’un Allemand à Tombouctou par AQMI[1]à l’automne dernier, la situation sécuritaire malienne n’a fait qu’empirer.

Photo de fin de chantier

En plus du terrorisme islamiste s’est ajoutée une reprise de la rébellion touareg avec des attaques sanglantes par le MNLA[2] des casernes des villes de Ménaka, Aguelhoc et Kidal (plus de cent soldats maliens tués). En réaction, les groupes incontrôlés s’en sont pris aux civils touaregs habitants au Sud, faisant eux aussi des victimes.

Pendant mon séjour, le chef traditionnel de Hombori, Mr Moussa Balobo Maïga a été lâchement assassiné (attentat non revendiqué). Je connaissais personnellement ce patriarche de 78 ans ayant séjourné très souvent à Hombori pour la réfection de retenues d’eau. Dans la même semaine des milices s’attaquaient aux postes militaires et enlevaient des soldats à Youarou et Ténenkou, non loin de Mopti.

Le pays dogon est resté à l’abri jusque là, mais chaque jour des Touaregs en pickups viennent acheter du mil dans cette région, grenier du Mali. De ce fait règne une certaine psychose, personne ne souhaitant avoir à faire à eux même s’il s’agit de simples commerçants. Le maçon avec lequel nous avons agrandi le barrage a fait un long détour avec son 4X4 après avoir croisé des véhicules conduits par des Touaregs.

A pied dans la falaise: pas de risque de mauvaise rencontre

Mission accompli mais il reste encore beaucoup à faire pour garantir l’autonomie en eau des 600 habitants Yougodogourou. Tous les avis concordent pour envisager un forage profond en aval du village. Les ventes de mon nouveau livre « Des jardins au Sahara » apportent une partie du financement.  auprès d’AGIRabcd, 32 rue Joseph Le Brix 56170 Quiberon contre un chèque de 24 à l’ordre de AGIRabcd.


[1] Al Qaïda au Maghreb Islamique, une section de terroristes héritiers de Ben Laden

[2] Mouvement National de Libération de l’Azawad, milice qui réclame l’indépendance du Nord Mali.

La suite du livre « Des jardins au Sahara ».

%d blogueurs aiment cette page :